Life is for Living

This blog is to collect random thoughts that don't really have a structure, except a publishing chronology, and even that is unlikely to follow the creation chronology.

My Photo
Name:

Calm, excited, weak, strong, funny, serious, lazy, worker, irresponsible, thinker, shallow, selfish, generous, spontaneous, impulsive, undecided, poor, rich, tall(ish), ignorant, cultured, sophisticated, procrastinator, stoopid, clever. Pick any two, or more... ;-) 
One of my favorite quotes: "Life is not a journey to the grave with the intention of arriving safely in a pretty and well reserved body, but rather to skid in broadside, thoroughly used up, totally worn out, and loudly proclaiming... 'Wow! What a ride!' "

Generally interested in a lot of subjects:
- Artificial Intelligence (mostly because there's so little Natural Intelligence around)
 Robotics
- 3D printing
- DIY projects (including home foundry, electronics, general hacking)
- Scuba diving
- Mountaineering
- Paragliding
- Music
- Arts (mostly visual arts) including street art
- Dance
- Intentional communities
- Society in general, how to fix the current mess in particular, or rather how to escape it

Wednesday, May 05, 2010

La monnaie...

Voilà pas mal de temps que j'essaie de trouver quelque information au sujet de la monnaie. La monnaie est un concept compliqué, débordant dans de nombreux champs d'activité (presque tous les domaines d'une vie humaine, en fait).
Il y a quelques années, j'étais tombé au hasard d'une ballade sur le net, sur la transcription d'un discours que Douglas Adams avait fait en septembre 1998 au Collège Magdelene à Cambridge, où il livrait une réflections sur la monnaie en passant, et l'aspect exclusivement humain de cette invention.
La transcription du discours est disponible à http://www.biota.org/people/douglasadams/

Le discours et sa transcription sont, bien sûr, en Glais, mais l'effort de compréhension en vaut bien la peine. J'ai cherché une traduction en Français, mais je n'en ai point trouvé. S'il y a assez de personnes intéressées, je m'y attellerai peut-être...

Le titre du discours est "Y a-t-il un Dieu artificiel?" et Douglas Adams y aborde de nombreux sujets, allant de la religion à la science, en passant (brièvement) par la monnaie.

Le passage qui m'intéresse aujourd'hui est celui-ci:

Well, here's another fictitious entity - money. Money is a completely fictitious entity, but it's very powerful in our world; we each have wallets, which have got notes in them, but what can those notes do? You can't breed them, you can't stir fry them, you can't live in them, there's absolutely nothing you can do with them that's any use, other than exchange them with each other - and as soon as we exchange them with each other all sots of powerful things happen, because it's a fiction that we've all subscribed to. We don't think this is wrong or right, good or bad; but the thing is that if money vanished the entire co-operative structure that we have would implode, but if we were all to vanish, money would simply vanish too. Money has no meaning outside ourselves, it is something that we have created that has a powerful shaping effect on the world, because its something we all subscribe to.

Eh bien, voici une autre entité fictive: la monnaie. L'argent est une entité entièrement fictive, mais il est très puissant dans notre monde; nous avons tous des portefeuilles, qui ont des billets de banque dedans, mais que peuvent faire ces billets? Vous ne pouvez pas les élever, vous ne pouvez pas les rôtir, vous ne pouvez pas habiter dedans, il n'y a vraiment rien que vous puissiez faire avec qui ait quelque utilité, autre que de les échanger entre vous. - et dès que nous les échangeons entre nous, tout plein de choses puissantes se passent, parce que c'est une fiction à laquelle nous souscrivons tous. Nous ne pensons pas que c'est juste ou pas, bon ou mauvais; mais le truc c'est que si tout l'argent disparaissait, la structure coopérative toute entière que nous avons imploserait, mais si on disparaissait tous, l'argent tous simplement disparaîtrait aussi. La monnaie n'a aucun sens en dehors de nous, c'est quelque chose que nous avons créé qui a un effet de formation puissant sur le monde, parce que c'est une chose à laquelle nous avons tous souscrit.


Show me the money!

La monnaie est un outil. Comme la majorité des outils, mis à part les armes, c'est un objet neutre. Toutefois, à la différence des outils simples, la monnaie a des potentialités qu'on ne soupçonne pas au premier abord.

What's life worth?


Je passerai sur la présentation classique de la genèse de la monnaie, avec les histoires de coquillages dans les sociétés primitives, pour me concentrer sur les deux fonctions de l'argent: un moyen d'échange et un produit de thésaurisation. Il me semble que le fait que la monnaie remplisse (ou puisse remplir) ces deux fonctions est à la racine de nos problèmes.

Money makes the world go around...
En effet, pour remplir la fonction de moyen d'échange, la monnaie doit être aussi libre de circuler que possible, et largement et facilement disponible. A l'opposé, pour remplir la fonction de thésaurisation, l'argent doit rester rare, et sa circulation doit être restreinte.

D'où, entre autres, la création de monnaies parallèles. Le journal Fakir y a consacré un court article au mois de juillet 2009.

La liberté des individus est fortement conditionnée par le contrôle de la monnaie, son émission, ses conditions d'utilisation et d'acquisition. Nathan Mayer Rothschild a dit: “I care not what puppet is placed upon the throne of England to rule the Empire on which the sun never sets. The man who controls Britain's money supply controls the British Empire, and I control the British money supply.”
("Je me moque de quel pantin est placé sur le trône d'Angleterre pour diriger l'Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. L'homme qui contrôle le flot de monnaie contrôle l'Empire Britannique, et je contrôle le flot de monnaie.")

Cette leçon est bien comprise à la lumière des événements qui secouent l'Union Européenne en ce moment. Les puissants on décidé de faire presser les citoyens Grecs comme des citrons. Ceux qui s'imaginent que cela s'arrêtera là sont d'innocents imbéciles. Le Portugal, l'Espagne, l'Irlande puis l'Italie et la France seront les prochaines cibles de paris à la baisse.